Non connecté. (Connexion)
  • L’intégrité fonctionnelle de la cellule et, donc, de l’organisme, dépendent des échanges d’information que se livrent les cellules entre elles. Une altération des mécanismes d’échanges peut être à l’origine de perturbations des processus physiologiques importants (embryogenèse, multiplication cellulaire, croissance, défense immunitaire, etc.).

    De nombreuses pathologies sont, ainsi, la conséquence d’un défaut de communication intercellulaire.

    Ce cours a pour objet de :

    • Étudier le cytosquelette, les liaisons intercellulaires, la matrice extra cellulaire et leurs rôles physiologiques ;
      • Étudier la communication cellulaire : ses modes et ses modalités, les molécules informatives qu'elle met en jeu, et leurs récepteurs.

    • Le contrôle du cycle cellulaire repose sur la régulation du cycle d'une part (contrôle de la succession des phases dans un ordre immuable : G1, S, G2 et M) et sur des mécanismes de surveillance d'autre part (mécanismes qui s'assurent de la qualité et de la quantité de l'ADN à répartir entre les deux cellules filles). Ce contrôle est assuré par des facteurs moléculaires (notamment des protéines kinases et des protéases) et par des gènes (les oncogènes, les gènes suppresseurs de tumeurs ou anti oncogènes et les gènes de l’apoptose).

      Une perturbation pouvant être due à des facteurs cancérigènes peut entraîner une anomalie qui se transmet aux cellules filles. L’absence de régulation entraîne ainsi une multiplication anarchique et désordonnée : le cancer. On comprend donc que l'étude des mécanismes de régulation revête une grande importance en cancérologie, pour la recherche et le développement de nouvelles approches thérapeutiques.

      Ce sur la régulation du cycle cellulaire est organisé en trois chapitres :

      • Chapitre 1 : Introduction à la régulation du cycle cellulaire
      • Chapitre 2 : Les mécanismes de la régulation du cycle cellulaire
      • Chapitre 3 : Le passage de G0 à la phase G1 et de G1 à la suite du cycle
      • Chapitre 4 : Les points de transition et les mécanismes de surveillance